The Sustainable Fashion Tour
TOP
Blog

“Les alternatives au cuir”

Le cuir c’est chic et éthique?

En dehors des souffrances animales, la production du cuir engendre un fort coût environnemental mais aussi social .Le processus du tannage du cuir, généralement à base de chrome, est une des dix sources de pollution les plus importantes.

Les tanneries (et particulièrement celle des cuirs bas de gamme comme en Inde et au Pakistan), déversent leurs eaux usées dans la nature, intoxicant pour des dizaines d’années les populations et l’environnement des alentours. Par exemple, la tannerie de la région de l’Uttar, en Inde, rejettent plus de 10 000 tonnes de chrome par an dans le Gange et dans la vallée italienne du Chiampo, une trentaine de solvants provenant des tanneries locales intoxiquent l’air tous les jours.

Il existe un autre danger lié à l’utilisation du chrome. En effet, lorsque ce dernier est mélangé à d’autres substances, il peut peut se transformer en « chrome VI ». Le chrome VI,  extrêmement allergène et cancérigène, va se fixer sur le cuir et  devient dangereux pour les travailleurs, les habitants proches des tanneries et les consommateurs.Même les cuirs haut de gamme n’échappent pas à cette problématique, les produits de luxe en cuir sont donc eux aussi sujets à ce risque de toxicité.

Une avocate militante, bangladaise, s’adresse aux consommateurs en s’exprimant sur le sujet  « Vous devez savoir que votre recherche de cuir bon marché cause la mort de nombreuses personnes, ici, au Bangladesh. Et que cela provoque aussi un désastre écologique. »

En effet, les ouvriers  sont soumis à une forme d’exploitation (payés en moyenne 35 euros par mois et sans contrat) 7/7 jours et plus de 12h par jour sous 50°C. Ils travaillent souvent torses nus et en manipulant des produits chimiques sans protections. Tout cela les exposent à des maladies grave de la peau, des problèmes pulmonaires et des cancers.

Par ailleurs, lorsque les déchets toxiques sont déversés quotidiennement dans les fleuves et les rivières (souvent seule source d’eau potable pour les millions d’habitants des alentours), ces derniers sont si pollués que les pêcheurs n’ont plus de poissons à pêcher. Le tannage et la pollution des eaux ne sont pas les seules sources de problèmes écologiques et sociales: les chutes de cuir sont brûlées et les restes sont utilisés pour nourrir les poissons pour l’aquaculture et les volailles; ce qui  empoisonnent indirectement les populations.

 

Les solutions plus durables

Cependant, aujourd’hui, de plus en plus de nouveaux matériaux 100% végétaux ou naturels imitent parfaitement le cuir et remplacent peu à peu le simili cuir appelé « Skaï », qui a l’inconvénient d’être issu du pétrole. Certains consommateurs évoquent même une meilleure tenue de la matière dans le temps et mettent en lumière l’avantage de ces cuirs alternatifs qui demandent moins d’entretien.

Le cuir 100% fait à partir de bouteilles en plastique recyclées de MATT & NAT

La ressemblance est frappante, la confusion est inévitable, la qualité est même meilleure: le cuir fait à partir de bouteilles plastiques est décidément plus charmant que le cuir animal, et moins cruel. Inspiré par les MAT(T)ériaux et la NATure, la marque montréalaise MATT & NAT explorent les synergies entre les deux. Parce que leurs valeurs incluent à la fois la responsabilité sociale et l’excellence, l’intégrité et l’authenticité, les textures choisies pour les produits respectent l’environnement et offrent une très bonne qualité.

La marque propose un large choix de sacs, accessoires et chaussures pour homme et pour femme, fabriqués exclusivement à partir de matériaux végans et plus particulièrement à partir de cuir obtenu à partir du recyclage et du traitement (non-toxique) de bouteilles plastiques. MATT & NAT recycle en moyenne 3 millions de bouteilles plastiques chaque année et travaille sur le développement de nouveaux moyens d’obtenir du cuir durable. Récemment, les collections présentent des modèles fait à partir de pneus de vélo recyclés.

 

https://mattandnat.com/

 

Ananas power pour Piñatex

Non, Vous ne rêvez pas !  Le cuir d’ananas est le cuir végétal le plus prometteur! En effet, celui-ci est très maniable et peut donc permettre d’obtenir différentes textures comme des imprimés crocodiles. Il est écologique car il nécessite comme matière première les feuilles de la plante (non utilisées après les récoltes) qui sont donc des déchets agricoles. De plus, il est fabriqué à partir d’un processus s’inspirant de méthodes ancestrales et traditionnelles plus anciennes que le tannage du cuir animal. En somme, le cuir d’ananas n’utilise ni terre, ni eau, ni pesticide, ni engrais,… Sa fabrication est issue d’un recyclage de matériaux de récupération qui est revalorisé et « upcyclé ».

Mais comment transforme-t-on un ananas en pièce de maroquinerie?

Des entreprises comme Ananas Anam travaillent en partenariat avec des cultivateurs (dans ce cas philippins) afin de récupérer les feuilles des ananas récoltés (qui seraient sinon jetées) afin d’en extraire les fibres. Les fibres sont envoyées dans une usine textile qui les traitera et les transformeront en intissé. Ce matériau sera vendu aux marques (mode ou textile), se déclinant en quatre teintes: charbon, crème, brun et or métallisé. Les enseignes les utiliseront pour produire tout type de produits: sac à main, chaussures, sacoche…

http://www.ananas-anam.com/pinatex/

 

 

L’It-bag intemporel de Stella McCartney est éthique

 

https://www.stellamccartney.com/fr

La marque est connue dans l’industrie pour être la première marque de mode éthique et durable et ce grâce à une créatrice qui place ses convictions au coeur de son travail. Ses valeurs s’appuient sur le respect de l’environnement et des animaux et c’est pour cela qu’elle relève depuis plus de 15 ans le défi de créer des collections sans cuir et sans fourrure.

Cependant, ce choix demande beaucoup de recherches: l’accessoire est le segment le plus rentable dans le luxe, le cuir est une référence pour tous les consommateurs et les alternatives haut de gamme sont encore difficiles à trouver.

Stella McCartney mise sur un design original et met à l’honneur des matériaux innovants comme le cuir végétal magnifié par des huiles végétales telle que l’Eco Alter Nappa, qui offrent une texture quasi-identique au cuir animal.

« Oui, au début de ma carrière on s’est beaucoup moqué de moi à cause de ça. J’ai toujours pensé que le cuir et la fourrure étaient des facilités de notre industrie. Ça n’a rien de nouveau et ce n’est pas éthique. Et ça ne m’a jamais attirée » explique la créatrice au journal Le Monde.

Pour elle, la prise de conscience des consommateurs est indispensable mais nécessite avant tout l’engagement des créateurs influents dans le monde de la mode.

Le sac Falabella sort en 2010. Il connaît un succès gigantesque, devient un it-bag incontournable puis un best-sellers et enfin entre dans la catégorie des basiques intemporels aux côtés du Lady Dior et du Birkin d’Hermès. Ce sac est fait en cuir végétal et sa doublure, fabriquée à partir de bouteilles plastiques recyclées s’inscrit dans une démarche écologique.

 

 

Rappelons que la démarche de Stella McCartney ne s’arrête pas à sa non-utilisation de cuir animal mais s’applique à l’intégralité de sa collection, de sa supply-chain et de la gestion de sa production. Pour le prêt-à-porter, elle utilise du coton biologique, du viscose durable ou de la fibre de bambou fabriqués dans des manufactures alimentées par énergie éolienne, créé des chaussures en bois recyclé aux semelles biodégradables, propose une collection capsule qui met à l’honneur le chanvre durable, une ligne de lingerie éthique, de lunettes de soleils durables…

 

Il existe beaucoup d’autres alternatives au cuir et les cuirs végétaux de raisins, de thé ou encore d’algues commencent à voir le jour… Et ils ont les mêmes attributs que le cuir animal! De quoi nous donner envie de réfléchir à deux fois avant d’acheter sa prochaine pièce en cuir!

«

»

1 COMMENT
  • Raphael Boukobza

    8 mois ago

    Bon à savoir, merci!

what do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *